Notre avis sur l’instauration d’une Zone à Faible Émission

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Filament.io 0 Flares ×

Notre intervention lors du Conseil Municipal du 21 février 2019 :

Madame le Maire,

Le 12 novembre 2018, la Métropole du Grand Paris a adopté le projet de Zone à Basse Émission et la mise en place d’une Zone à Faibles Émissions dite « ZFE » sur le territoire de notre métropole délimité par l’autoroute A86. Celle-ci vise à interdire la circulation des véhicules en commençant par les véhicules les plus anciens, puis tous ceux en circulation avant 2011, ainsi que les diesels produits depuis 2011.

Les efforts que la société doit porter sur le plan écologique sont indispensables mais ressemblent en cela aux efforts demandés sur les taxes et impôts. Il y a un niveau d’acceptation par les concitoyens qui ne doit être dépassé, on le voit bien avec le mouvement des gilets jaunes. Ces efforts doivent donc être compris pour être acceptés. Ils ne doivent pas être confiscatoires, discriminants ou punitifs.

Ce que propose la Métropole du Grand Paris ne semble pas à nos yeux être la bonne solution.

Tout d’abord, elle présente une véritable rupture d’égalité entre les citoyens et provoque l’obsolescence prématurée d’un bien, leur véhicule, qui a pu représenter pour eux plusieurs années de travail et d’économie.

En visant les véhicules les plus anciens, cette Zone à Faibles Émissions va concentrer ses effets sur les ménages les plus modestes tout en oubliant que certains véhicules récents, comme l’ont démontré certaines ONG, mis en conditions réelles ne respectent pas les normes Européennes.

Selon les chiffres 2016 du Ministère de la Transition Écologique & solidaire, le projet de Zone à Basse Émission se traduira à terme dans un avenir proche par l’interdiction de circuler de 94% du parc automobile actuel et par une rupture définitive d’égalité entre les citoyens, isolant davantage les plus modestes qui n’auront pas les moyens financiers de circuler dans un véhicule sans cesse renouvelé.

Cette interdiction de circuler est donc profondément injuste vis-à-vis des propriétaires de véhicules à essence et de deux-roues qui ne sont pas responsables des dépassements des valeurs limites des polluants de particules en suspension et de dioxyde d’azote. C’est également injuste à l’égard des propriétaires de diesel qui ont juste fait l’erreur de suivre les incitations de l’État et de l’Union Européenne durant des décennies. De plus, ce serait mentir de minimiser la pollution et l’impact écologique du développement des voitures électriques qui nécessitera la production supplémentaire d’électricité et les problèmes de recyclage de leurs batteries.

Ne passons pas également sous silence que les différentes subventions incitatives offertes aux citoyens ont un triple effet négatif : économique en grevant les finances publiques, déontologique en encourageant l’obsolescence programmée de leur véhicule tout en augmentant le gaspillage des ressources nécessaires à la production de nouveaux véhicules et enfin, discriminatoire en favorisant les classes les plus aisées.

Un autre point nous semble primordial et totalement inadapté aux enjeux réels. Celui des restrictions de circulation.

Ceci n’a pas de sens. Prenons l’exemple d’un automobiliste Montreuillois qui va devoir traverser notre futur Zone à Faibles Émissions. Si sa voiture ne répond pas aux critères, Il va devoir la détourner et faire plusieurs kilomètres supplémentaires afin d’éviter d’être contrôlé et de prendre une amende ? Ce détour obligé dans un véhicule dit « polluant » est une aberration écologique. Maintenant imaginez que cette idée soit étendue de ci de là sur le territoire français au fil des desiderata de quelques élus… je n’ose imaginer la galère du pauvre automobiliste ou …de l’automobiliste pauvre !

Cette vision locale ou métropolitaine est une manière de voir le lien écologie-automobile par le petit bout de la lorgnette.

Si l’on souhaite imposer des restrictions de circulation celles-ci doivent être impérativement être pensée de manière globale. Mettre en place au préalable des alternatives viables telles que par exemple sur notre territoire le Grand Paris Express, le Plan Vélo, le renforcement significatif des transports collectifs et leur maillage, etc.

Ne mettons pas, comme trop souvent, la charrue avant les bœufs, au risque de mettre encore une fois, par nos décisions, la population dans un état d’incompréhension avec nos choix politiques.

Aujourd’hui, il nous appartient à nous seul de décider ou non de mettre en place cette zone à circulation restreinte mais d’autres solutions, non punitives, existent :

  • interdire l’immatriculation de tout véhicule diesel neuf en Ile-de-France à compter de 2020 ou 2021 car cela n’a pas de sens d’interdire de circulation des véhicule qui sont toujours produits.
  • supprimer les aides à l’achat d’un véhicule diesel neuf ou d’occasion comme le permet actuellement la prime à la conversion en faveur des diesel Crit’Air 2.
  • renouveler de manière anticipée les bus par des bus électrique, ce que la région a déjà commencée en commandant 1000 bus électrique.
  • renforcer le covoiturage de personnes résidant dans une même commune.
  • renforcer les mobilités actives comme le vélo grâce à des subventions, la création ou la sécurisation de pistes cyclables, la création de parcs à vélos près des gares
  • amplifier la collecte et la valorisation des déchets verts dont le brûlage, pourtant interdit, est extrêmement polluant (en brûler 50 kg équivaut à 13 000 km en diesel)

En procédant ainsi et sans créer de Zone à Faibles Émissions, la ville de Strasbourg, en seulement 6 ans a réduit le nombre d’habitants exposés à des dépassements des valeurs limites de particules fines de 17.920 à 960 personnes, et celles exposés au dioxyde d’azote de 14.830 à 1.100.

Notre groupe est prêt à défendre et proposer des actions écologiques à conditions qu’elles soient utiles, non punitives, non discriminatoires et acceptables par le plus grand nombre. C’est pour ces raisons que nous voterons contre l’instauration d’une Zone à Faibles Émissions étant donné qu’elle ne répond pas aux critères que nous nous sommes donnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *