Mandat entre la Ville & Romainville Habitat pour la construction de la Tour maraichère

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Filament.io 0 Flares ×
Notre intervention lors du Conseil Municipal du 29/11/2017
Il y a quelques mois, vous demandiez au conseil municipal d’approuver une convention de mandat entre la Ville et Romainville Habitat pour que, dans le cadre de la construction de cette tour maraichère, « continuer à bénéficier de l’expertise de RH qui a su gérer et
superviser ce projet. »
La dite convention mentionne dans son exposé que laville confie à RH le soin de construire ce bâtiment « pour y parvenir dans les délais
requis »
Aujourd’hui, il s’agit de modifier la convention concernant le lancement de la procédure de marche public en confiant à la Ville le soin de le faire « afin de respecter le calendrier » !
C’est sans doute un détail dans le feuilleton de ce projet … un détail à régler comme l’est ce qui sera produit dans cette tour … un détail
donc pour vous mais qui pour le contribuable veut dire beaucoup pour paraphraser la chanteuse.
Un détail à 5 millions d’€ tout de même.
Vous l’annoncez donc et, pousser un ouf de soulagement, c’est parti pour les travaux qui devraient débuter au 1er trimestre 2018.
Vous avez réunit 50% des fonds publics à vous entendre … qu’en est il précisément et qu’en est il des engagements privés à passer ?
Puisque les travaux débutent, Madame le Maire, ne serait il pas temps de préciser les modalités de gestion du fonctionnement de cette
structure ?
Visez-vous réellement la rentabilité économique ou est-ce un projet à finalité sociale et éducative qui aura coûté plusieurs millions d’€ aux contribuables ?
Qui assumera à terme les charges d’exploitation de cet équipement ?
Nous avons à chaque délibération relative à ce projet affirmé notre opposition. Une opposition non à un soutien à l’agriculture urbaine
mais à ce projet là précisément !
Lors d’une précédente intervention, nous vous avions ainsi présenté différents projets d’agriculture urbaine de proximité de moindre coût.
Au Japon, où les terres cultivables sont rares, les fermes usines verticales se multiplient. Les légumes poussent hors sol, à la lumière artificielle et dans des salles totalement hermétiques pour éviter toutes bactéries. Voila à quoi cela ressemble ….. (L’intervenant montre une photographie d’une ferme usine verticale japonaise)
Beaucoup moins vendeur que les visuels présentés de votre projet.L’exemplarité environnementale est encore loin d’être au rendez-vous.
Entre les rangées de LED et le recours à la ventilation, la facture énergétique est lourde et vient s’ajouter aux investissements pour
développer ces unités de production. Seule 1 unité sur 4 est aujourd’hui rentable et la production se limite aux légumes à feuilles et aux herbes aromatiques !
Vous continuez à nous parler d’un projet énergétiquement performant et économiquement viable, de 1000 m2 de surface cultivable,
d’espaces de restauration et d’ateliers pédagogiques …. Quel est votre secret, Madame le Maire ?
Le Japon attend !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *